Distinction entre les types

Le tableau ci-dessous permet de différencier chaque type par rapport à un autre, soit 36 différenciations au total. Chaque couple de types évoque les points communs ou en quoi ces deux profils se ressemblent, puis, propose des éléments qui permettent de les différencier.

Cliquez sur le tableau sur le couple de types que vous considérez.
Cliquez sur « Haut de la page » pour revenir au tableau.

  1 2 3 4 5 6 7 8
2 1–2              
3 1–3 2–3            
4 1–4 2–4 3–4          
5 1–5 2–5 3–5 4–5        
6 1–6 2–6 3–6 4–6 5–6      
7 1–7 2–7 3–7 4–7 5–7 6–7    
8 1–8 2–8 3–8 4–8 5–8 6–8 7–8  
9 1–9 2–9 3–9 4–9 5–9 6–9 7–9 8–9

 

Types Un et Deux

Ces deux types partagent une certaine idée du don de soi, consacrent beaucoup de temps à améliorer le bien-être des autres, et savent facilement ce qui convient le mieux aux autres. Ils tendent à réprimer leurs propres besoins.

Les différences : le Perfectionniste est concentré, parfois de façon inflexible, sur le besoin des autres à partir de déficiences à améliorer. L’Altruiste s’attache aux besoins des autres, quitte à s’adapter pour rendre l’autre heureux. Ces deux types sont concernés par l’autosuffisance et l’indépendance, mais l’Altruiste, étant très attaché aux relations humaines, se trouve souvent submergé, tellement il s’est rendu indispensable.

Haut de la page

Types Un et Trois

Le Perfectionniste et le Battant peuvent avoir des similarités car tous deux sont des réalisateurs. Ils sont motivés par les objectifs et attachés à la réussite.

Les différences : alors que le Perfectionniste agit en fonction de son esprit critique qui le pousse à l’exigence du « bien faire », le Battant est plus « accro » au succès, même si cela nécessite des compromis, des raccourcis, d’arrondir les angles. Par ailleurs, le Battant aime que ses résultats soient connus et reconnus.

Haut de la page

Types Un et Quatre

Le Perfectionniste et le Romantique partagent un certain idéalisme, l’intensité de la vie, l’autocritique, le souci de s’améliorer, une grande sensibilité, l’intégrité et l’authenticité. En situation de stress, le Perfectionniste peut tomber dans le découragement et se sentir déficient. Le Romantique, en situation de sécurité, peut devenir critique et exigeant.

Les différences : l’idéalisme du Perfectionniste concerne surtout une attitude correcte et intègre, l’idéalisme du Romantique tourne autour de la quête de la réalisation de soi. De plus, le Perfectionniste contrôle généralement ses émotions, jusqu’à supprimer ses désirs. Le Romantique, pour sa part, passe par des périodes intenses de mélancolie, de désir, de saveur de manque, parfois jusqu’à ne plus savoir comment en sortir.

Haut de la page

Types Un et Cinq

Le Perfectionniste et l’Observateur ont en commun leur démarche intellectuelle, leur attitude de repli et d’intériorisation, leur volonté de vouloir comprendre ce qui se passe.

Les différences : alors que le Perfectionniste est sérieux, fait abstraction de ses désirs, est attaché à s’améliorer et à améliorer les autres, l’Observateur se protège des intrusions et tente de conserver son énergie en s’éloignant de ses émotions.

Haut de la page

Types Un et Six

Le Perfectionniste et le Loyal Sceptique ont en commun d’être attentifs, anxieux, inquiets et résolus à comprendre ce qui se passe.

Les différences : le Loyal Sceptique, en doutant, essaie de savoir ce qui pourrait mal tourner, quel pourrait être le vice de forme afin de préserver sa sécurité et ses convictions. Le Perfectionniste, en jugeant et en comparant, tente d’éviter les erreurs, de trouver un moyen de réparer ce qui ne va pas, afin d’éviter la critique et l’autocritique.

Haut de la page

Types Un et Sept

Le Perfectionniste et l’Épicurien possèdent quelques traits en commun car le Perfectionniste est le point de stress de l’Épicurien et l’Épicurien est le point de sécurité du Perfectionniste. Tous les deux sont idéalistes, recherchent un monde meilleur, dégagent une grande intensité, sont attentifs aux autres, et valorisent l’indépendance. En situation de sécurité, le Perfectionniste peut relâcher son sens des responsabilités, s’accorder du plaisir, écouter ses désirs et retrouver son sens de l’humour. L’Épicurien, en situation de stress, peut devenir critique, exigeant et déterminé.

Les différences : au fond, le plaisir n’est pas la principale valeur du Perfectionniste, plutôt du genre austère. L’Épicurien, lui, est fondamentalement attaché à la recherche du plaisir, à la variété et à la sensualité. Le Perfectionniste est donc quelqu’un de sérieux, capable de retenue et de modération, sachant limiter ses désirs. Par contraste, l’Épicurien aime la vie et la légèreté : le monde est vaste, la vie est courte et sans limites.

Haut de la page

Types Un et Huit

Le Perfectionniste et le Protecteur ont en commun de réagir viscéralement à ce qui n’est pas juste, et se sentent concernés par le droit, la justice, la vérité et l’équité.

Les différences : le Protecteur fait état de ses convictions, exprime sa colère, et se met en action facilement si nécessaire. Le Perfectionniste, pour sa part, refoule sa colère et ses impulsions, devient alors exaspéré et tendu jusqu’à ce que son sens de la morale lui permette d’exploser.

Haut de la page

Types Un et Neuf

Étant voisins (ailes), le Perfectionniste et le Médiateur ont des valeurs communes. Ils oublient facilement ou suppriment leurs propres besoins et désirs, apprécient la stabilité, l’organisation et une certaine routine, travaillent dur pour les autres avec le souci de l’harmonie et de ce qui est juste.

Les différences : le Perfectionniste est relativement rigide sur ses valeurs, souhaite que les autres changent et s’améliorent. Le Médiateur, pour sa part, s’adapte et s’accommode facilement du point de vue des autres, jusqu’à s’y perdre. Le Perfectionniste est plutôt crispé sous la nécessité de faire changer les choses, alors que le Médiateur avance en s’adaptant aux demandes et aux circonstances.

Haut de la page

Types Deux et Trois

Étant voisins (ailes) et tous les deux des types à dominante émotionnelle, l’Altruiste et le Battant ont des points communs : centrés sur l’action, la réalisation, la motivation des autres, une certaine exubérance, le sens pratique, le besoin de reconnaissance, la capacité d’incarner la meilleure image possible pour l’interlocuteur.

Les différences : l’Altruiste est plutôt concentré sur les relations humaines, sur les sentiments et les besoins des autres. Le Battant est capable de mettre de côté ses propres sentiments pour se concentrer sur les objectifs, la réussite et la reconnaissance de ses accomplissements.

Haut de la page

Types Deux et Quatre

L’Altruiste est le point de stress du Romantique et le Romantique est le point de sécurité de l’Altruiste. Tous deux manifestent une sensibilité particulière aux sentiments, aux relations humaines, au fait de rendre service, à l’intensité émotionnelle, à une vision romantique des choses, aux notions d’image et de reconnaissance. En situation de sécurité, l’Altruiste est capable de se retrouver lui-même, de prendre conscience de sa vie intérieure, et contacte ainsi une fibre nostalgique et créative. Le Romantique, en situation de stress, s’ouvre et devient plus attentionné.

Les différences : dans l’ensemble, l’Altruiste est plus tourné vers les autres. Il met son énergie active au service des autres et peut aller jusqu’à oublier ses propres besoins pour satisfaire ceux des autres. Par contraste, le Romantique fonctionne davantage en fonction de lui-même (référence interne). Il est attaché à démontrer sa différence, son authenticité dans la relation et est davantage sujet à des périodes de complet manque de confiance en lui.

Haut de la page

Types Deux et Cinq

L’Altruiste et l’Observateur se ressemblent parfois : ils sont tous deux sensibles aux demandes et aux besoins de leurs proches, sont généreux et ne sont pas très sûrs de leurs propres sentiments.

Les différences : les périodes où l’Observateur est généreux et attentif aux demandes de ses proches sont intermittentes et entrecoupées de moments de retrait, de retranchement afin de se recharger et de protéger les limites de son territoire. L’Altruiste, au contraire, reste sur le mode du don de soi, en permanence dans une énergie active de satisfaire les besoins des autres, jusqu’à se perdre lui-même dans ce « tout pour l’autre ».

Haut de la page

Types Deux et Six

L’Altruiste et le Loyal Sceptique sont semblables en ce sens qu’ils sont tous les deux chaleureux, amicaux, anxieux, attentionnés, s’en remettant à ce que les autres souhaitent, attachants (ceci vaut surtout pour le six phobique).

Les différences : l’Altruiste avance dans la vie avec une énergie active, centré sur les besoins des personnes importantes de son entourage, se sentant souvent indispensable, investissant tout son être dans le don. Le Loyal Sceptique tend à être sur la retenue, n’a de certitude ni sur lui, ni sur les autres et fuit l’idée d’être indispensable. Le Loyal Sceptique cherchera à gagner en sécurité et en certitude, plutôt qu’à se faire valoir.

Haut de la page

Types Deux et Sept

L’Altruiste et l’Épicurien ont en commun le fait d’être actif, joyeux, plein d’énergie, charmant, séduisant, « cool », sélectif dans le choix de leurs relations, cherchant à être appréciés.

Les différences : l’Épicurien garde son identité, résonnant d’abord en fonction de lui-même, de ce qu’il aime, de ce qu’il désire, de ce dont il a besoin. L’Altruiste, au contraire, est tourné vers les autres, d’abord préoccupé par ce que les autres aiment, désirent ou par ce dont ils ont besoin. L’Épicurien peut facilement se perdre dans des raisonnements intellectuels, contrairement à l’Altruiste qui s’adapte en permanence pour satisfaire les attentes émotionnelles des autres.

Haut de la page

Types Deux et Huit

Le Protecteur est la position de stress de l’Altruiste et l’Altruiste est le point de sécurité du Protecteur. Tous les deux font preuve d’une grande activité, de générosité, d’affirmation de soi, ont le goût du pouvoir et peuvent se montrer intrusifs. L’Altruiste, en situation de stress, devient plus direct et déterminé, capable d’exprimer sa colère et sachant instinctivement ce qu’il convient de faire. Le Protecteur, en situation de sécurité, peut faire preuve de tendresse, de délicatesse, de sensibilité aux autres et devient capable d’exprimer ses sentiments.

Les différences : l’Altruiste utilise son énergie pour aller vers les autres et s’adapter pour leur faire plaisir, réprimant ses propres besoins. Par contraste, le Protecteur utilise son énergie active pour foncer droit devant, intimidant les autres quand il exprime sa position, sa volonté, ses besoins.

Haut de la page

Types Deux et Neuf

L’Altruiste et le Médiateur se ressemblent dans leur désir de satisfaire les besoins des autres. Ils vont au-devant des desiderata des autres, perdant de vue leurs propres besoins et priorités.

Les différences : l’Altruiste est plus actif dans sa démarche de rendre service au point d’être dans une perpétuelle adaptation à l’autre. Le Médiateur est plus réactif, acceptant de se laisser influencer par la demande du groupe. Il fusionne avec le consensus et agit pour que les choses se fassent en douceur, sans pour cela changer son image.

Haut de la page

Types Trois et Quatre

Étant voisins, le Battant et le Romantique se ressemblent par le besoin de reconnaissance, l’importance de donner une bonne image, le désir d’intensité, le sens de la compétition et celui de la créativité ou de l’innovation.

Les différences : le Battant tend à garder les yeux fixés sur l’objectif à atteindre, ce qui nécessite de mettre ses sentiments de côté et de s’adapter. Le Romantique a du mal à maintenir le cap et la cadence sur un objectif jusqu’à son terme à cause de la profondeur et de l’intensité de ses émotions.

Haut de la page

Types Trois et Cinq

Le Battant et l’Observateur ont des points communs : ils sont tournés vers l’action, centrés sur leurs objectifs, et en même temps coupés de leurs émotions afin qu’elles ne les influencent pas.

Les différences : l’Observateur est plutôt mental et ses périodes d’activité sont entrecoupées de périodes de retrait qui lui permettent de se recharger et de laisser décanter ses réflexions. Le Battant est perpétuellement en activité, enthousiaste, droit sur l’objectif, préoccupé par l’image de Battant qu’il aime donner.

Haut de la page

Types Trois et Six

Le Battant est le point de stress du Loyal Sceptique, le Loyal Sceptique est le point de sécurité du Battant. Ils partagent une bonne présentation, le sens pratique, un haut niveau d’activité, la capacité de travailler dur. Le Battant, en situation de sécurité, se pose plus de questions, est plus réfléchi, et délègue plus facilement dans la confiance. Le Loyal Sceptique, en situation de stress, passe plus facilement à l’acte, a plus le sens de l’image, et devient plus exigeant en terme de résultat.

Les différences : le Loyal Sceptique a besoin de se mobiliser pour l’action, de dépasser ses doutes et d’éventuels écueils. Le Battant est capable de maintenir les yeux et la cadence fixés sur l’objectif. Le Battant est très centré sur la réussite, la reconnaissance et les compliments. Par contraste, le Loyal Sceptique n’est pas à l’aise avec les honneurs et les compliments, qui le rendent encore plus sceptique.

Haut de la page

Types Trois et Sept

Le Battant et l’Épicurien se ressemblent car ils sont actifs, affirmés, enthousiastes, tournés vers l’action, avec un emploi du temps surchargé, ils évitent tous les deux les sentiments négatifs.

Les différences : l’Épicurien est d’abord préoccupé par son propre plaisir, par son intérêt. Il a un sens développé de son bon droit, surtout quand il s’agit de conserver ouvertes le maximum d’options possibles. Le Battant a soif de réussir car sa propre estime passe par l’image qu’il donne et la reconnaissance de ses résultats.

Haut de la page

Types Trois et Huit

Le Battant et le Protecteur se ressemblent car ils sont tous deux autoritaires, déterminés, tournés vers l’action, attachés aux objectifs, désireux de prendre des responsabilités. Généralement compétents, ils inspirent confiance et peuvent par inadvertance marcher sur celui qui se mettrait en travers de leur chemin.

Les différences : le Battant, tel un caméléon, sait changer de vitesse, de direction, voire d’opinion si l’atteinte de l’objectif en dépend. Le Protecteur tend à camper sur ses positions, à devenir conflictuel, à exprimer sa colère directement. Pour le Battant, la colère est le dernier recours, si aucune autre stratégie pour atteindre l’objectif n’a fonctionné.

Haut de la page

Types Trois et Neuf

Le Battant est la position de sécurité du Médiateur et le Médiateur est le point de stress du Battant. Ils partagent une bonne présentation, le sens pratique, le désir d’être appréciés, la compétence, le besoin d’un support ou d’une approbation externe. Le Battant, en situation de stress, peut se laisser dériver vers des tâches secondaires et oublier son ambition et son image. Le Médiateur, en situation de sécurité, devient plus centré sur ses propres objectifs, l’efficacité, l’image qu’il donne.

Les différences : le Battant vit à un rythme rapide, décide des objectifs et les atteint efficacement, devenant impatient face aux obstacles qui émergent. Le Médiateur prend en compte les réflexions des autres le concernant, ce qui le contraint à avancer à un rythme moins rapide.

Haut de la page

Types Quatre et Cinq

Étant voisins (ailes), le Romantique et l’Observateur se ressemblent. Tous les deux peuvent être introspectif, intériorisé, sensible, timide (tout en gardant un air supérieur), et analytique. Selon l’influence de l’aile, certains Romantiques apparaîtront plus détachés et certains Observateurs plus sensibles.

Les différences : le Romantique est le plus sentimental/émotionnel de tous les types. Au niveau affectif, il a toujours envie de plus et a du mal à ne pas dépendre du monde extérieur. Par contraste, l’Observateur est le plus détaché de tous les profils : il se contente de peu et est très conscient de son espace vital.

Haut de la page

Types Quatre et Six

Le Romantique et le plus contre phobique des Loyaux Sceptiques se ressemblent. Ils tendent à s’opposer, à remettre en cause les situations et à les amplifier. Ils s’opposent à l’autorité, prennent des risques, enfreignent la loi, défient le danger et ont des périodes de manque de confiance en eux.

Les différences : le Loyal Sceptique ne veut pas se faire piéger par les émotions et les regrets, alors que le Romantique les recherche. Il court même après l’implication émotionnelle. Part ailleurs, le Loyal Sceptique est vigilant à ce qui pourrait mal tourner tandis que le Romantique a le sens de ce qui manque à sa quête d’absolu.

Haut de la page

Types Quatre et Sept

Le Romantique et l’Épicurien se ressemblent car ils partagent l’intensité, l’idéalisme, et qu’ils recherchent une vie stimulante et pleine d’aventures. Ils vivent pleinement leur vie, conscients de ce qu’ils veulent, de ce qu’ils pensent et de ce qu’ils ressentent.

Les différences : l’Épicurien est le type le plus joyeux et le plus centré sur le plaisir. Il évite la souffrance et les émotions négatives aussi souvent que possible. Le Romantique, au contraire, tend à accepter la mélancolie, les sentiments profonds, et considère la souffrance comme faisant partie de la vie.

Haut de la page

Types Quatre et Huit

Le Romantique et le Protecteur se ressemblent car tous deux font preuve d’intensité, de profondeur, s’expriment de façon directe (voire flamboyante), ont beaucoup d’énergie, un désir d’authenticité, des tendances à l’intrépidité, à l’impulsivité, à la confrontation.

Les différences : le Romantique va profondément dans ses sentiments jusqu’à parfois sombrer dans l’inaction et perdre le fil de ses objectifs. En revanche, le Protecteur surmonte ses sentiments et poursuit l’action en cours avec toute sa puissance.

Haut de la page

Types Quatre et Neuf

Le Romantique et le Médiateur se ressemblent car tous deux sont attirés par les rapports humains et la communication. Ils sont aussi attentionnés et empathiques. Ils peuvent se perdre dans les méandres des événements, se déprécier et perdre l’envie de recourir à l’action.

Les différences : le Médiateur est essentiellement tourné vers les autres ; il fusionne en s’oubliant lui-même, recherche une vie stable et confortable, et fait tout pour éviter les conflits. En revanche, le Romantique, d’abord préoccupé de lui-même, se sent unique, différent, à part, et peut sombrer dans des états émotifs profonds pour se sentir plus vivant.

Haut de la page

Types Cinq et Six

Étant voisins, l’Observateur et le Loyal Sceptique partagent certains comportements. Les deux profils peuvent être analytiques, réfléchis, pensifs, hésitants à passer à l’action, voire rétractés (plus particulièrement le six phobique).

Les différences : l’Observateur se détache ou réprime ses sentiments, compartimente les données, et tente de maîtriser sa réactivité. Par contraste, le Loyal Sceptique réagit immédiatement aux situations, souvent intensément, sur la défensive. Il a du mal à rationaliser ses peurs et ses doutes.

Haut de la page

Types Cinq et Sept

L’Observateur est le point de sécurité de l’Épicurien et l’Épicurien est le point de stress de l’Observateur. Ils partagent : l’indépendance, l’évitement des sentiments douloureux, la soif de connaissance, l’inventivité, le plaisir des idées et des concepts. L’Observateur, en situation de stress, sait s’extérioriser davantage et devient plus social, plus dans l’action. L’Épicurien, en situation de sécurité, s’intériorise davantage, devient plus solitaire, réagissant davantage de l’intérieur.

Les différences : l’Observateur essaie d’éviter désirs et besoins, de se simplifier la vie, voire de la réduire au strict nécessaire afin de protéger son espace vital. Par contraste, l’Épicurien recherche le positif, exprime ses désirs et ses besoins, est expansif, déborde d’activités et repousse les limites.

Haut de la page

Types Cinq et Huit

L’Observateur est le point de stress du Protecteur et le Protecteur est le point de sécurité de l’Observateur. L’un et l’autre valorisent le respect et la vérité, résistent à tout contrôle, peuvent être possessifs de l‘espace et des ressources, et sont curieux. L’Observateur, en situation de sécurité, exprime plus facilement ses désirs, ses sentiments et sa colère. Le Protecteur, en situation de stress, se rétracte, s’isole et devient plus réfléchi.

Les différences : en général, l’Observateur est plutôt rétracté, réservé et mesuré, conservant son énergie, réduisant ses besoins, réfléchissant avant d’agir. Par contraste, le Protecteur est plutôt expansif, expressif, voire excessif, avec une abondance d’énergie. Il exprime directement ses désirs et sa colère, allant souvent jusqu’à réagir avant d’avoir réfléchi aux implications.

Haut de la page

Types Cinq et Neuf

L’Observateur et le Médiateur se ressemblent car ils peuvent sembler introvertis, privilégier leur univers intérieur, avoir une apparence tranquille jusqu’à devenir quasiment invisibles. Tous deux peuvent se mettre en retrait pour éviter de trop subir l’environnement.

Les différences : l’Observateur sait se détacher du groupe et établir des limites précises entre lui et les autres afin de se protéger. Le Médiateur est moins apte à prendre ses distances : se mêler aux autres peut être la meilleure garantie de confort et d’harmonie. S’affirmer pourrait être source de conflit.

Haut de la page

Types Six et Sept

Étant voisins, le Loyal Sceptique et l’Épicurien peuvent partager certains comportements. Ils ont tous les deux une intelligence vive, fulgurante, analytique, imaginative, capable d’associer des idées sur différents plans.

Les différences : le Loyal Sceptique tend à avoir un préjugé négatif sur une situation, imaginant les pires écueils. L’Épicurien, lui, tend plutôt à avoir un préjugé positif sur une situation, projetant mille et une résultantes positives. Le Loyal Sceptique apprécie les limites qui le rassurent, et cherche à gagner en certitude. L’Épicurien abhorre toute limite et cherche à multiplier les options. Le plaisir et les envies personnelles sont des priorités pour l’Épicurien, alors qu’ils ne sont que secondaires pour le Loyal Sceptique.

Haut de la page

Types Six et Huit

Le plus contre phobique (rebelle) des Loyaux Sceptiques et le Protecteur ont en commun l’agressivité, le goût du défi et de l’affrontement. Ils semblent ne jamais avoir peur et s’engagent pour défendre une certaine justice. Le monde leur paraît imprévisible et hostile.

Les différences : le Loyal Sceptique éprouve parfois de la peur et de l’hésitation devant l’action. Il peut être fasciné par les risques et en prendre et, d’un autre côté, ne plus savoir quoi faire lorsque le doute grandit. Au contraire, le Protecteur réagit instinctivement, sans hésiter, nie ou sous-estime le danger et campe sur ses positions, niant toute vulnérabilité.

Haut de la page

Types Six et Neuf

Le Loyal Sceptique est le point de stress du Médiateur et le Médiateur est le point de sécurité du Loyal Sceptique. Ils peuvent être (surtout le Loyal Sceptique phobique) faciles à vivre, accommodants, aimables, désireux de plaire, effacés, sensibles, évitant le conflit. Le Loyal Sceptique, en situation de sécurité, est plus à l’aise, plus détendu, acceptant plus facilement les vicissitudes de la vie. Le Médiateur, en situation de stress, s’inquiète plus facilement, devient suspicieux et circonspect.

Les différences : alors que le Loyal Sceptique garde une certaine distance, conscient des dangers éventuels, le Médiateur se contente d’agir en fonction des demandes extérieures. Ainsi, le Médiateur tend à avancer avant d’avoir tout vérifié, alors que le Loyal Sceptique tend à vérifier l’état du terrain avant d’y progresser.

Haut de la page

Types Sept et Huit

Étant voisins, l’Épicurien et le Protecteur partagent certains comportements : une énergie active, l’indépendance, la foi en son propre pouvoir et en ses capacités, le goût du plaisir, l’expression facile de ses besoins et de ses désirs, n’aiment pas les limites, détestent les contrôles, et n’ont aucune envie de freiner leurs impulsions.

Les différences : l’Épicurien évite la souffrance, fuit ou rationalise les difficultés, évite le conflit, et planifie beaucoup de projets. Le Protecteur, pour sa part, fait face à la souffrance, n’a pas peur d’affronter les difficultés, se confronte facilement au conflit, et vit la plupart du temps dans le présent.

Haut de la page

Types Sept et Neuf

L’Épicurien et le Médiateur se ressemblent car ils ont tous deux une approche de la vie plaisante et joyeuse. Ils aiment que la vie coule gentiment et essaient d’éviter les conflits.

Les différences : l’Épicurien est plus frénétique et plus vif que le Médiateur qui lui, a un rythme plus égal au tempo plus lent. L’Épicurien agit d’abord en fonction de lui-même, exprimant ses désirs, ses priorités et ses opinions. En revanche, le Médiateur est davantage tourné vers les autres, jusqu’à repousser ou oublier ses propres désirs et priorités

Haut de la page

Types Huit et Neuf

Étant voisins, le Protecteur et le Médiateur partagent certains comportements. Ils apprécient tous les deux les plaisirs terrestres, réagissent avec leurs tripes, apprécient le confort, sont chaleureux, stables et peuvent, au gré des événements, dévier de leurs priorités.

Les différences : le Protecteur accueille (presque avec plaisir) le conflit et la colère, le Médiateur les évite. Le Protecteur exprime et défend ses propres opinions, le Médiateur fait souvent référence aux opinions des autres au point d’oublier son propre point de vue. Il arrive au Médiateur d’être indécis.

Haut de la page